Catherine Balandina, sens dessus dessous

Cette Franco-Russe polyglotte, formée dans l’industrie du luxe, a fondé State of Mind. Elle propose à travers le thé et le parfum une expérience multisensorielle.

Bataille de Kiev, août 1941. Larissa Balandina soigne les blessures des soldats russes, les recoud, et, parfois, doit se résoudre à les amputer. Cette jeune chirurgienne, âgée d’à peine plus de 20 ans, n’a guère le choix. Elle ne doit pas hésiter à prendre une décision: elle tient la vie sous son scalpel. Plus tard, bien plus tard, devenue une praticienne réputée dans la chirurgie abdominale, elle enseignera son art à de jeunes médecins chinois au nom de «l’amitié entre les peuples» en vigueur dans le bloc communiste au cours des années 1950. Fille d’un père révolutionnaire et d’une mère aristocrate, Larissa est un personnage que n’aurait pas renié Boris Pasternak, l’auteur du Docteur Jivago. «Son énergie me porte», dit Catherine Balandina, sa petite-fille. «Elle a le caractère de Larissa», confirme sa famille. Mais Catherine se situe sur un tout autre théâtre d’opérations: celui des sens et de leurs mystères.

Il y a trois ans, elle a fondé State of Mind, un «état d’esprit» proposant une…

Lire la suite lefigaro.fr

0
    0
    Votre Panier
    Votre panier est videRevenir aux achats