DU PARFUM AU THÉ ET INVERSEMENT

Versailles, quartier des antiquaires, un nouveau lieu tant dédié au goût qu’à l’olfaction a récemment ouvert ses portes : State of Mind. Autrement dit, un salon de thé olfactif. Une incongruité qui n’en est pas vraiment une. Les deux univers ont tellement à s’apporter.

Confirmation. Deux mondes prouvent leur complémentarité dans ce projet où le thé et le parfum dialoguent délicatement. Qui plus est, en invitant d’autres arts à prendre part à la discussion. C’est le credo de State of Mind, une marque créée il y a 3 ans et qui s’est installée, rue du Bailliage, dans un bâtiment historique du XVIIIè siècle. Et c’est en lieu et place de l’ancien tribunal de la ville que Catherine Laskine-Balandina a érigé son salon de thé.

Parfums, thés parfumés, étoles et bougies forment un art de vivre où les émotions diverses se côtoient. La fondatrice dit de sa marque : « ce sont des états d’esprit ». A l’entrée, des éventails-tests et leurs parfums correspondants sont minutieusement rangés sur un long guéridon. Pour y répondre au flacon près, une large gamme de thés et un samovar marquent l’univers gustatif de la maison. Catherine Laskine-Balandina résume cette association : « C’est une cérémonie du parfum et du thé que j’ai souvent menée et qui permet en réalité de créer un boulon culturel à travers lequel les gens apprennent des choses ».

Passions et expertises

Le premier amour de la fondatrice de State of Mind est le thé. « Je l’ai découvert lorsque j’étais encore en Russie, pays de mes origines » précise-t-elle. Pour constituer sa gamme de thés parfumés, Catherine s’est adjugée les services d’Olivier Scala (Thés George Cannon). Mais elle préfère trancher immédiatement : « Tous les thés sont des créations exclusives ». Cela va même plus loin.

« Nous travaillons en réalité à plusieurs nez pour les parties thés et parfums : d’un côté Olivier et de l’autre Karine Dubreuil-Sereni, parfumeure basée à Grasse ». Chacun essayant de donner sa propre interprétation d’une émotion, une couleur ou une illustration. Car le 3è art impliqué est l’illustration. Elle sert d’inspiration aux deux créateurs et se retrouve sur des étoles imprimées.

Catherine conçoit petit à petit un art de vivre qui déjà rêve d’arabica. En attendant, les 11 thés parfumés et leurs fragrances respectives constituent la gamme clé. Certes, parfumés, les thés s’appuient sur des sélections de feuilles de beaux jardins. « Du Pu-erh du Yunnan, du thé noir d’Assam, du thé blanc du Fujian ou du Sencha entre autres » assure Catherine. Quel que soit le parfum choisi, il y a un goût qui complètera ce choix. Il peut révéler un style, une énergie, une harmonie et bien d’autres sensations.

UN THÉ UN PARFUM

Onze parfums et onze thés. L’état d’esprit de la marque propose une expérience sensorielle multiple. Voici deux exemples.

Sense of Humour : Le Maté et le Darjeeling s’allient au citron, la pêche et la mandarine… Côté parfum, la coriandre, le cèdre et le musc répondent à la liqueur du thé.

Natural Elegance : Le thé vert du Yunnan flirte avec l’osmantus, le jasmin et l’abricot. La création parfumée, elle, ajoute au thé vert des notes de patchouli et d’ambroxan (ambre gris).